Georges Malbrunot, grand reporter au Figaro et spécialiste du Moyen-Orient, est intervenu dans Team Duga, ce lundi sur RMC, pour évoquer le possible rachat de l’OM. En apportant des précisions sur les investisseurs associés à Mourad Boudjellal et en affirmant qu’un oligarque russe serait également sur le coup.

Officiellement, l’OM n’est pas à vendre. Jacques-Henri Eyraud, le président du club, l’a rappelé publiquement. Mais en coulisses, tout le monde semble penser le contraire. A commencer par Mourad Boudjellal. Invité du Super Moscato Show, ce lundi sur RMC, l’ancien président du Rugby club toulonnais a donné des précisions sur son projet de rachat aux côtés d’un groupe d’investisseurs emmenés par l’homme d’affaires Mohamed Ayachi Ajroudi.

En révélant au passage que d’autres candidats se sont récemment manifestés auprès de Frank McCourt. Contrairement à ce que l’entourage du propriétaire américain a affirmé à RMC Sport. Je démens le démenti de l’entourage de Frank McCourt. Il y a une volonté sûre et une autre offre de rachat, qui est à l’état embryonnaire mais qui est en train de bien grandir, soutient Boudjellal.

Un projet qui serait soutenu par Poutine

Selon Georges Malbrunot, l’un de ces deux autres investisseurs pourrait venir de Russie. J’ai appris qu’un oligarque russe avait fait une offre il y a quinze jours sur proposition et insistance de Vladimir Poutine, a expliqué le grand reporter du Figaro, spécialiste du Moyen-Orient, dans Team Duga sur RMC. C’est un oligarque russe dont je ne connais pas le nom et dont les comptes ont été gelés aux Etats-Unis.

Si cette offre se confirme, elle se retrouvera donc face à celle de Boudjellal. Le dirigeant varois assure être entouré de personnes fortunées. Sans en dire beaucoup plus. Je crois que derrière, c’est plutôt saoudien avec éventuellement une participation émirienne, observe Malbrunot. Ça fait sens, dans la mesure où l’Arabie saoudite veut acheter un club de football en Europe pour concurrencer son voisin et ennemi, le Qatar. Pour ces gens-là, il est inconcevable que le championnat de France de football se résume à une course en tête du PSG et, par conséquent, à une vitrine offerte au Qatar.

Un conflit géopolitique importé en Ligue 1

Un PSG qatari face à un OM saoudien et/ou émirien? De quoi importer sur le rectangle vert un conflit géopolitique brûlant. Le Qatar a racheté le PSG il y a une dizaines d’années. Ça lui a donné une formidable vitrine, dont il se sert. Depuis trois ans, l’Arabie saoudite et les Emirats sont en guerre avec le Qatar. Et les Saoudiens, pour essayer de contrer cette offensive du Qatar en matière de sport, veulent se payer un club en France, résume Malbrunot. C’est une question d’ego de la part de ses pétromonarques, qui, à travers ça, veulent aussi mobiliser leur jeunesse. En Arabie saoudite, il y a beaucoup de jeunes, qui travaillent plus ou moins, mais qui sont des sportifs devant leur écran de télévision. Tout ça fait sens.

Derrière Mourad Boudjellal et Mohamed Ayachi Ajroudi, l’OM pourrait donc bénéficier de fonds souverains en cas de rachat. Si des investisseurs saoudiens investissent à Marseille, il y aura l’aval ou le refus de Mohammed bin Salman, qui est le prince héritier et l’homme fort du pays. On trouvera toujours des artifices, mais ce sera bien l’Etat saoudien ou émirien qui sera derrière, confirme le journaliste de 58 ans, qui rappelle que le Qatar s’est dailleurs intéressé à l’OM il y a quelques années. Avant de finalement jeter son dévolu sur le PSG.

Write us

Find us at the office

Darmofal- Broderick street no. 11, 88736 Vatican City, Vatican City

Give us a ring

Meadow Hipsley
+90 293 316 242
Mon - Fri, 8:00-14:00

Join us